Actualités

L’entretien professionnel est obligatoire tous les 2 ans. Au bout de 6 années, ces entretiens doivent avoir permis au moins une formation non-obligatoire ou le versement de 3000 € sur le compte CPF du salarié ! Article L6315-1 En savoir plus sur cet article…

Quand passer l’entretien professionnel ?

L’entretien professionnel doit être fait au minimum tous les 24 mois et s’adresse aux employés ayant au moins 2 ans d’ancienneté. Toutefois les salariés avec moins d’ancienneté peuvent aussi le passer. Il est aussi réalisé à l’occasion d’une reprise d’activité professionnelle, après un congé ou un arrêt de longue durée, comme à un retour de congé sabbatique, de congé parental ou encore de soutien familial. Il en est de même pour le congé maternité. ou bien d’une période de mobilité volontaire sécurisée, d’un mandat syndical ou d’un arrêt maladie de longue durée. Par ailleurs, l’entretien professionnel doit être réalisé dans un temps distinct de tout entretien d’évaluation. Il s’applique à toutes les catégories de salariés qu’il s’agisse des cadres, des cadres dirigeants des cadres assimilés ou encore des Etam (employés, travailleurs et agents de maîtrise).

L’entretien récapitulatif

Tous les 6 ans, l’entretien professionnel doit faire l’objet d’un entretien récapitulatif. Ce dernier permet de vérifier que le salarié a bénéficié du nombre d’entretiens prévus, mais aussi que ceux-ci auront bien débouché sur une progression du salarié, soit : au moins une action de formation ou l’acquisition d’une certification professionnelle enregistrée au RNCP (Registre national des certifications professionnelles) ou une progression salariale ou de poste.

Que se passe-t-il si l’entretien annuel n’a pas lieu ?

L’entretien annuel est une obligation. Si au bout de 3 entretiens professionnels, c’est à dire, six ans, le salarié n’a pas eu le droit à l’une des trois actions suivante : formation, augmentation, promotion, son employeur sera pénalisé en abondant son CPF de 200 heures, soit 3000 euros.